Au cours de la dernière guerre, l'autorité allemande fit combler le bras de la Haynette qui passait devant l'Arsenal. L'existence de cette rivière explique la présence depuis toujours d'un moulin à eau à cet emplacement. L'ancien, qui contenait trois meules, était dans un tel état de vétusté qu'Emmanuel de Croÿ le fit reconstruire en 1775, comme l'indique l'inscription au-dessus de la porte. Le nouveau moulin pouvait moudre en vingt-quatre heures l'équivalent de cent quintaux de grains. Sa tour était un pigeonnier militaire qui pouvait abriter 150 couples.