Fils unique d’Alexandre Emmanuel de CROY, Prince de Solre, Lieutenant-Général des Armées du Roi de France, et de Marie-Marguerite, née Comtesse de Millendock, EMMANUEL, Prince, puis Duc de CROY, Prince du Saint-Empire et de Solre, Grand Veneur Héréditaire du Pays et Compté du Hainaut, Pair de France, Grand d’Espagne, il naquit à Condé, dans l’hôtel de Bailleul, le 23 juin 1718 et épouse en 1741, Angélique-Adélaïde de d’Harcourt, fille du Duc d’Harcourt, Pair de France, Lieutenant-Général des Armées du roi, Veuf en 1744, il ne se remarie pas.

Après avoir fait ses études à Paris, où il arrive en 1727, Emmanuel de CROY entre à 18 ans dans la 1ère Compagnie à Cheval des Mousquetaires de la Garde Royale, puis devient, en 1738, colonel du Régiment « Royal Roussillon », à la tête duquel il se couvre de gloire en 1745, à la bataille de Fontenoy.

En 1748, ayant fait preuve en toutes circonstances de prudence et de sang-froid, il est nommé Maréchal de camp et, en 1759, Lieutenant-Général des Armées, Chevalier et Commandeur des Ordres du roi. Le 14 juin 1783, il reçoit le bâton de Maréchal de France mais il décède à Paris le 30 mai 1784. Son corps est ramené à Condé et inhumé dans la caveau familial dans la crypte de la collégiale Notre-Dame.

Gouverneur de Condé depuis le 31 mars 1763, il s’intéresse vivement à l’industrie naissante de l’extraction du charbon, il est à l’origine de la création de la COMPAGNIE DES MINES D’ANZIN le 19 novembre 1757. Il est le cerveau-créateur du château de l’Hermitage (1749-1772), pose le 27 mai 1751 la première pierre de la nouvelle église Saint-Wasnon et, le 16 juin 1774, celle de l’hôtel de Ville. De 1774 à 1777, il fait prolonger le canal du Jard et, en 1779, paver à ses frais la route de Condé à Bonsecours.